Cannes 2011: The Tree of Life – La bande annonce de la vie

[ 18 mai 2011 | Pas de commentaire | Dans les catégories: Cannes 2011, Critiques de film, par Zem ]

Si vous avez vu la bande annonce de The Tree of Life, vous avez certainement été intrigué par les images, la narration ou encore l’aura mystique et épique que cachaient ces quelques images. Elle est à la fois fidèle au film et en même temps loin de la réalité. Car la réalité de Tree of life est faite de métaphores, de philosophie mais entachée d’un rythme un peu trop torturé. Malick, un cinéaste torturé ?

Le film est ambitieux. Tenter de nous exposer une vision de la vie dans toute sa démesure en 2 heures et 18 minutes, le pari est risqué. Il est donc découpé en plusieurs séquences assez distinctes, malheureusement très longue. Un bon tiers du film sert d’introduction en nous montrant le cosmos, magnifique, et la création de l’univers sur une musique à faire dresser les poils des bras, le toute avec des images et voix off de « l’histoire », que l’on découvre plus tard.

Même s’il est vrai qu’on ne voit pas souvent ce genre de spectacle stellaire au cinéma, ces images nous renvoient obligatoirement à 2001: l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Malick va même jusqu’à nous montrer quelques dinosaures et leur disparition, rappelant également la séquence d’introduction de 2001… la mystique du monolithe en moins.

Le film place le spectateur à la place d’un observateur tout puissant, voyant l’infiniment grand comme l’infiniment petit… c’est-à-dire Dieu lui-même. Rien que ça. Et le choix du grand angle pour toutes les prises de vue est alors aussi intrigant qu’intéressant. Une esthétique qui marque et qui se fait finalement assez peu au cinéma.

Alors oui, le point de vue de l’observation de la vie de sa création à sa fin est très pertinent. Mais la forme du film, avec un montage au rythme très soutenu, avec énormément de plans différents, un foisonnement d’images très belles, dessert le film. La maigre histoire racontée (celle d’un père de famille élevant ses enfants de manière dure) parvient difficilement à nous accrocher et donne finalement l’impression de voir un premier film, plein d’envies de séduire, de placer toutes ses idées et de ne se parler qu’à soi-même…

Et au final, l’impression de voir une longue bande annonce, qui ne se pose jamais vraiment pour nous laisser souffler et suivre une histoire. Mais c’est une envie, celle de faire de The Tree of Life un film expérimental, soit. C’est également une déception de spectateur, qui ne fait que regarder la bande annonce de la vie. Sauf que la vie, c’est souvent très beau, mais la plupart du temps, il ne s’y passe rien de spécial…

Laisser un commentaire:

Compatible Gravatar.