Costards, flingues et pouvoir

[ 24 août 2009 | 16 Commentaires | Dans les catégories: Analyses, par HusoBey ]

GOODFELLAS

Une collection vient de se lancer avec un fascicule et un film de gangsters à chaque numéro. Certains y verront une offre que l’on ne peut pas refuser: Gangsters, les plus grands chefs-d’oeuvre en DVD. L’occasion pour nous de nous pencher un peu sur ces films de costards, flingues et pouvoir.

On a tous au fond de nous un film qui nous fait dire « voilà pourquoi je veux faire du cinéma !». Pour moi, le déclic est arrivé lorsque j’ai vu Les Affranchis de Martin Scorsese pour la première fois. Avec elle la fascination pour les films de gangsters est arrivée, et plus précisément ceux du cinéma italo-américain. Mais qu’est-ce qui est attrayant dans ces films ?

Tout d’abord, la fascination qu’ils suscitent a fait de leurs personnages des légendes. Aujourd’hui encore, Tony Montana de Scarface (De Palma) est l’idole des jeunes gangsters américains, quelles que soit leurs origines ethniques. Ce dernier est devenu un modèle à respecter, le symbole du courage, en dépit de la fin tragique qu’il a eu (qui n’a rien d’un modèle à suivre…).

poster-scarface_1

Ensuite vient la classe des personnages étalée sur plusieurs heures. Qui n’a pas envié ces personnages qui distribuent des billets à chaque coin de rue, un cigare dans la bouche, habillé d’un costard italien à la mode ? Bien sûr, tous les gangsters n’entrent pas dans ces ces clichés du mafioso italien. L’Impasse de Brian de Palma en est la preuve, avec un personnage campé par Al Pacino qui tente inlassablement de couper les ponts avec son ancienne vie de truand.

La-bande-des-cinq

Le réalisme et la violence des situations font aussi des atouts de ces films. Martin Scorsese tentait toujours de rendre un effet de documentaire dans ses films, ne cachant rien dans la violence et on le ressent très bien dans Les Affranchis. La violence dans ces films fit un grand scandale à son époque, Scarface était quasiment interdit de diffusion, rangé dans la catégorie des films interdit aux moins de 18 ans, à côté des films pornographiques.

On retrouve aussi toutes ces répliques et situations qui ont rendu culte. Mais j’ai mes raisons pour ne pas vous spoiler une quelconque scène ou réplique. Le cinéma italo-américain a donné ses lettres de noblesses à ce genre, mais nous y reviendrons très bientôt à travers une série d’articles consacrés aux films de gangsters.

Et vous, quels sont les films de gangsters qui vous ont marqué ?


16 commentaires »

  • Frantz Marteens

    Le Parrain, Casino, Les Affranchis, et tous ou presque les noirs français des années 50/60.

    • Alex

      Autant je trouve Scarface un des plus mauvais films de gangsters, bourré de clichés, mal joué et mal filmé, autant je trouve l’impasse complètement bluffant, le film est tout simplement magnifique.

      • Zem

        C’est vrai, je n’ai pas un super souvenir de Scarface, mais l’Impasse (dont le titre original, Carlito’s way, est bien mieux) était vraiment bien, avec la performance mémorable de Sean Penn ! Les Affranchis j’ai un peu moins accroché mais pour Le Parrain, je le trouve toujours aussi impressionnant !

        A voir également, pour le fun, le film d’Alan Parker, Bugsy Malone, film de gangsters musical avec des enfants. Bon esprit, et la musique signée Paul Williams (Phantom of the Paradise) est géniale.

        • Clément

          Messieur,

          Je vais encore râler, mais Scarface…très très bon film.
          Al Pacino fait ressortir une quantité d’émotions inimaginables, son interprétation restera dans les annales et ce n’est pas pour rien que ses répliques ou ses attitudes on dépassées le grand écran pour prendre leur place dans notre monde.
          La démonstration quasi biographique de cet immigré qui sombre peu à peu dans les engrenages du crime organisé est grandiose. Les dialogues sont saisissants de vérité, l’action est vraiment présente et vous explose au visage de par sa violence.
          Pour l’époque il faut aussi comprendre que c’est un décryptage assez précis du milieu des affaires et de ses conséquences. Bien que complètement extrapolé par ce fou de Tony montana, on y trouve une véritable morale ainsi qu’une leçon de vie.
          C’est ce qui m’anime dans le cinéma.

          Pour en revenir à la collection, très bonne idée que de ressortir tous ces bons vieux films qui nous ont accompagnés et on construit notre amour du cinoche.

          A quand ce genre de films possibles en France??

          • Alex

            Pour les répliques de « Tony Montana », si elles sont sorties du cadre du film, c’est simplement parce qu’une certaine jeunesse et pas de rappeur ont cru cool d’être un gangsta, d’avoir une vie à la « tony Montana », il n’y à aucun lien de cause à effet avec le jeu toute en cabotinage d’Al Pacino…

            Voir un bon film de gangster, ça va être dur en France car quand on voit comment sont représentés les gangster au ciné en France actuellement, ça fait peur, par exemple Bibi Nacéri dans B13 (risible au possible en Tony Montana du pauvre)…

            J’adorerais voir un film de gangster, noir, violent en France, mais sans Olivier Marshal, Daniel Auteuil, Depardieu, Cassel ou Lanvin car dans le genre lourd, on fait pas mieux…

            • Zem

              « sans Olivier Marshal, Daniel Auteuil, Depardieu, Cassel ou Lanvin »

              Du coup… il en reste des films ? :p

              • Clément

                Les répliques ont été efficaces et reprises par les gens, effectivement pour certains par ce que c’était cool, voir drôle tout simplement.
                Mais aussi parceque pour ceux qui n’ont rien, l’idéologie de « The world is yours » laisse une porte ouverte à l’esprit sur les possibilités que peut encore réserver la vie. Je pense que beaucoup ont été touchés par ce personnage car ils s’y sont identifiés. Pourquoi s’y sont ils identifiés? Parcequ’il part du même niveau qu’eux…
                Et malgré la fin tragique, il a quand même vécu la grande vie le petit Tony venu de Cuba…

                La france et ses productions prennent malheureusement assez rarement de risques pour ce genre de productions…c’est triste…

                Vous avez aimé Mesrine? J’ai été très déçu à vrai dire?

                • Zem

                  Moi j’ai vraiment aimé le premier, un peu moins le second mais le personnage et la reconstitution de l’époque sont assez fascinants je trouve.

                  • Clément

                    C es vrai que la reconstitution est vraiment bien faite et le personnage, son histoire font qu’on regarde quand même le film avec un certains plaisir.

                    • Alex

                      Pour ma part j’ai adoré Mesrine, mais il faut pas oublier qu’il y à le talent de Richet aussi dans la mise en scène…

                      • Zem

                        Le premier est un très bon polar / film d’action qui n’a pas grand chose à envier à certaines grosses productions américaines !
                        Le deuxième est moins fort mais tout aussi bien réalisé avec une montée d’adrénaline à la fin assez exceptionnelle !

                        • Aineka

                          Le diptyque Mesrine, Vitamine le cinéma français. Faudrai que je me le refasse en DVD! L’association (de Malfaiteurs) entre Richet et Cassel à donné une mesure « américaine » à ce film. Le film nous montre un point de vue sur des faits réel (si chère à Husobey) donc il y a des passages obligé nécessaires à la reconstitution qui peut parfois faire pêcher la narration.
                          Après, on se plaint mais, pour des films de gangster on a peu de gueules, dans notre cinéma. Nos acteurs bankable sont des « gendres idéales » voilà l’identité de nos acteurs.
                          Cassel, était impeccable dans ce rôle, il l’a habité! Par contre, Lanvin et son accent du Sud de derrière les fagots est une honte!
                          Nos vrai acteurs de films de gangsters étaient Gabin et Ventura, voilà !

                          • Aineka

                            Parmi les films de gangsters, costards, flingues et pouvoir, on a eut Truands e Frédéric Schoendoerffer . çà nous montre, « la réalité » du milieu des truands français, donc aucun sentiments et beaucoup de misogynie ! Le pire est que les acteurs jouent aux vilains. Ils font les Bad boy pendant 2 heures, c’est risible. Magimel, fait son tour de Bad boy beau gosse, cheveux gominé. Tout çà n’es pas très profond! Le pire est quand même Philippe Caubère (grand comédien de théatre) qui joue le caid, ultra caricaturé, avec des réplique genre: « tout les matins je vois un mec devant la glace, on me baise pas moi. » du copié collé de Mr Montana. « J’ai confiance en 2 choses, en mon manche et en ma parole, l’un est ferme, l’autre est d’acier! »
                            Arrêtez d’imiter, faites des films qui vous ressemble, pas ceux qui veulent ressembler aux grands frères.

                            • Aineka

                              Qu’elles genres de films représentent le cinéma dans l’inconscient collectif ?
                              Par le passé c’était le Western, un homme solitaire à cheval face à un désert d’ocre et de sable du Colorado américain, un Colt à la ceinture. Pour les petits citadins que nous sommes, cette image est associé à l’aventure, à l’imaginaire, au divertissement donc au Cinéma.
                              Les Western modernes sont les films de gangsters. Ils représentent le genre le plus propice au cinéma de nos jours, enfin pendant les années 80, 90.
                              Ce qu’il y a de bien dans ce genre c’est que la vie des protagonistes est constamment en danger. Ils risquent de mourir à chaque instant, ce qui devrait garantir du rythme au scénario.
                              Dernièrement, il y a eut Gomorra de Matteo Garrone. Ce film ultra-réaliste nous montre que ce mode de vie sur le fil du rasoir, qui peut faire rêver est une réalité social. Le résultat bouleverse.

                              Si je dois en garder un, parmi ces dernières années, c’est celui là.

                              • Zem

                                Il y a aussi Ni Pour Ni Contre (Bien au contraire) de Cédric Klapisch qui mérite d’être cité. C’est un super polar avec une Marie Gillain excellente et beaucoup de très bons seconds rôles. Un film noir, pêchu et bien filmé, je salue la performance !

                                • HusoBey

                                  J’ai moi aussi trouvé Truands très indigèste. Il y a un très bon film de gangsters que peu de gens connaissent et qui est pourtant excellent, Romanzo Criminale, racontant la période des Brigades Rouges en Italie.

                                Laisser un commentaire:

                                Compatible Gravatar.